Home » Français » Enoncé de Positionnement » Enoncé de Positionnement de l’Association LebMASH à Propos des Efforts de Changement de l’Orientation Sexuelle (ECOS)

Enoncé de Positionnement de l’Association LebMASH à Propos des Efforts de Changement de l’Orientation Sexuelle (ECOS)

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Join 289 other followers

  • إقرأ بالعربية هنا
  • Read in English here

Screen Shot 2013-05-17 at 1.42.54 PM

Dans la société Libanaise, les homosexuels continuent à faire face à la discrimination et aux préjugés. Ces actes discriminatifs s’étendent au-delà du grand public, incluant quelques travailleurs dans le secteur de santé qui continuent jusqu’à ce jour à offrir des “thérapies” «de conversion » ou des “thérapies” « réparatrices » dont le but est de changer l’orientation sexuelle de certaines personnes.

L’Association Médicale Libanaise pour la Santé Sexuelle (Lebanese Medical Association for Sexual Health – LebMASH) se trouve obligée de clarifier les informations suivantes :

1. L’homosexualité n’est pas une maladie : En 1973, L’ “American Psychiatric Association”, chef de file mondial en matière de santé mentale, a retiré l’homosexualité de sa liste des troubles mentaux. L’année suivante, l’ “American Psychiatric Association” a déclassifié l’homosexualité comme étant une maladie. Depuis lors, toutes les grandes organisations de médecine et de santé mentale ont adopté ce point de vue. En 1990, L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a retiré l’homosexualité de la liste des maladies mentales.1 L’OMS avait déclaré que : « L’homosexualité ne constitue ni un trouble ni une maladie dans aucune de ces manifestations individuelles et donc ne nécessite aucun traitement ». 2 Actuellement, le consensus mondial parmi les travailleurs dans le secteur de la santé est que l’homosexualité n’est qu’une variation normale et naturelle de la sexualité humaine, sans aucun effet nuisibles à ​​la santé.

2. Les origines de l’homosexualité sont inconnues : De nombreuses théories ont été proposées en ce qui concerne les origines de l’homosexualité. Toutefois, aucune réponse n’est définitive. Les études menées n’ont pas pu aboutir à la découverte des origines de l’homosexualité ni à celles de l’hétérosexualité non plus. Tout comme la gaucherie et les autres attributs de l’homme, l’homosexualité se manifeste, probablement, à cause d’un mélange de facteurs génétiques et environnementaux.

3. L’homosexualité n’est pas un choix : Comme l’hétérosexualité n’est pas un choix, l’homosexualité ne le sera non plus.3

4. Les homosexuels sont soumis à un risque plus élevé de problèmes psychologiques: L’homosexualité, en elle-même, n’aboutit pas à des pathologies mentales. La stigmatisation, le refus par les pairs, la discrimination, l’adhésion à la norme hétérosexuelle, les préjugés et le stress qui s’accordent au fait de divulguer sa propre orientation sexuelle (en d’autres termes : «coming out») placent les homosexuels à un risque plus élevé de problèmes psychologiques. Il peut s’agir de trouble de l’humeur, de troubles anxieux, de toxicomanie, et d’idées ou de tentatives de suicide. Ces facteurs de stress vont causer plus de marginalisation et auront plus d’effet sur la santé et le bien-être de l’individu.4

5. Les tentatives de changer l’orientation sexuelle d’une personne peuvent être nocives : Les efforts visant à changer l’orientation sexuelle ne sont pas fondés sur des preuves scientifiques. Au contraire, cette pratique a été abandonnée en raison de ses échecs et de ses effets nocifs graves. Le Dr Spigtzer considéré comme père de la “thérapie réparatrice”, a reconsidéré sa position quant à la possibilité de changer l’orientation sexuelle d’une personne et cela en 2012. 5

De nombreuses organisations de santé ont condamné ces “thérapies”. L’ “American Academy of Child and Adolescent Psychiatry” dénonce  le manque de preuves sur le fait que l’orientation sexuelle peut être modifiée par la thérapie. Elle rajoute que de telles méthodes peuvent être nocive. 4

L’ “American Psychological Association Task Force on Appropriate Therapeutic Responses to Sexual Orientation”  a conclu que les efforts visant à changer l’orientation sexuelle sont non fructueux voire même nocifs, contrairement aux dires des praticiens et des défendeurs de ces “thérapies”. 6

L’ “American Psychiatric Association” recommande que les praticiens  s’abstiennent d’essayer de changer l’orientation sexuelle des individus, en gardant à l’esprit la première règle d’éthique médicale : la non malfaisance. 7

De même, l’ “American Academy of Pediatrics” contre indique toute tentative visant à changer l’orientation sexuelle car elle peut provoquer la culpabilité et l’anxiété tout en manquant de potentiel pour réaliser un vrai changement d’orientation. 8

L’ “American Medical Association” s’oppose à la pratique des “thérapies” «réparatrices» ou  «de conversion». 9

Le 17 mai 2012, 22 ans après que l’homosexualité a été retirée de la Classification Internationale des Maladies (International Classification of Diseases : ICD-10) de l’OMS, le PAHO (Pan American Health Organization, un bureau régional de l’OMS) a publié un énoncé de positionnement affirmant que : « les “thérapies” «réparatrice» ou «de conversion » n’ont aucune indication médicale et représentent une grave menace de la santé et des droits humains des personnes concernées. Ce sont des pratiques injustifiables qui doivent être dénoncées et soumis à des sanctions appropriées.» 2

En se basant sur ce qui précède, L’Association Médicale Libanaise pour la Santé Sexuelle (Lebanese Medical Association for Sexual Health – LebMASH) incite les prestataires de soins au Liban de s’abstenir de cette pratique non éthique et potentiellement dangereux. Nous poussons également les organisations de soins de santé à adopter une position ferme contre ce genre de pratiques.

LebMASH – The Lebanese Medical Association for Sexual Health

Citation:

Lebanese Medical Association for Sexual Health. Enoncé de Positionnement de l’Association LebMASH à Propos des Efforts de Changement de l’Orientation Sexuelle (ECOS)

Le 17 Mai 2013 (Retrouvé sur : https://lebmash.wordpress.com/2013/05/17/ps1-fr)

Réferences:

1. World Health Organization (1994). International Statistical Classification of Diseases and Related Health Problems (10th Revision). Geneva, Switzerland. (Retrieved on May 6 2013 from here)

2. The Pan American Health Organization/World Health Organization PAHO/WHO Position Statement. “Cures” for an illness that does not exist. 2012 May 17. (Retrieved on May 6 2013 from here)

3. American Psychological Association. (2008). Answers to your questions: For a better understanding of sexual orientation and homosexuality. Washington, DC: Author. (Retrieved on May 6 2013 from here)

4. Adelson SL; American Academy of Child and Adolescent Psychiatry (AACAP) Committee on Quality Issues (CQI). Practice parameter on gay, lesbian, or bisexual sexual orientation, gender nonconformity, and gender discordance in children and adolescents. J Am Acad Child Adolesc Psychiatry. 2012 Sep;51(9):957-74.

5. Benedict Carey. Psychiatry Giant Sorry for Backing Gay ‘Cure’. The New York Times – May 18, 2012 (Retrieved on May 6 2013 from here)

6. Report of the American Psychological Association Task Force on Appropriate Therapeutic Responses to Sexual Orientation. (Retrieved on May 6 2013 from here)

7. APA Commission on Psychotherapy by Psychiatrists. Position statement on therapies focused on attempts to change sexual orientation (reparative or conversion therapies). Am J Psychiatry. 2000 Oct;157(10):1719-21.

8. Committee on Adolescence – American Academy of Pediatrics. Homosexuality and Adolescence. Pediatrics 1993 Oct;92 (4):631-34. (Retrieved on May 6 2013 from here)

9. H-160.991, Health Care Needs of the Homosexual Population. The American Medical Association Policies on GLBT Issues. (Retrieved on May 6 2013 from here)


5 Comments

  1. […] Enoncé de Positionnement de l’Association LebMASH à Propos des Efforts de Changement de l’… […]

  2. […] Libanaise de Psychiatrie (SLP) a publié une déclaration similaire et deux mois après notre énoncé de positionnement sur les efforts de changement d’orientation sexuelle (ECOS) ou ce qui est […]

  3. […] en juin, l'Association médicale libanaise pour la santé sexuelle (LebMASH), qui s'était clairement positionnée le 17 mai, répondait à une interview du psychologie et sexologue Nabil Khoury, diffusée par la […]

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: